Les origines

Pierre Marmajou naît en 1860 à Orist un village près de Dax.

Appelé au service militaire, il effectue celui à Bourges, siège de l'école de pyrotechnie militaire récemment fondée par Napoléon III.

Durant cette période, il acquiert un goût prononcé pour la pyrotechnie et décide d'en faire son métier, non pas en embrassant une carrière militaire, mais en devenant fabricant de feux d'artifice pour divertir le public.

Pour ce faire, il s'embauche comme apprenti chez un artificier du sud-est de la France. Les fabricants de feux d'artifice étaient encore nombreux à cette époque, près d'une centaine.

Après quelques années, le mal du pays aidant, il revient chez lui aux sources de la famille et fonde la maison Marmajou en 1889 à Orist son village Natal. Le premier feu d'artifice sera tiré en mai à Saint Geours de Marenne à quelques kilomètres de là. Il s'y rend à pied transportant les pièces d'artifice sur le dos.

Le Toro de fuego®

Très vite après avoir fondé son entreprise, Pierre Marmajou, met au point une idée qui le travaillait depuis un moment.

Ayant assisté en Espagne à des corridas où les toreros utilisaient des banderilles enflammées, il pense à utiliser l'idée pour en faire un tableau d'artifice. Il ne va bien évidemment pas utiliser de vrais taureaux pour cela. Il fabrique donc un taureau de bois et y place des artifices composés de fontaines et de chandelles.

Ce taureau de feu à été conçu d'après le schéma de la corrida et reflète ses différentes phases. La corrida est d'origine espagnole, qu'il en soit ainsi, il sera baptisé Toro de fuego®

Le succes est immédiat dans la région où les corridas, mais aussi et surtout les courses landaises sont une tradition

La première trace écrite d'un Toro de Fuego® date de 1894, c'était pour les fêtes de Dax.

En savoir plus...

Installation à Dax

Atelier de fabrication de bombes (années 1950)

Pierre Marmajou s'installe à Dax au quartier du Gond où se trouvent aujourd'hui encore nos bureaux.

Il décède en 1931, laissant la maison Marmajou à trois de ses fils, Henri, Robert et Maurice.

La guerre arrive et la production doit s'arrêter, l'usine est reconvertie dans la carbonisation du bois durant cette période.

A la sortie de la guerre, maurice se sépare de ses deux frères et va fonder sa propre usine de l'autre coté de l'Adour à Saint Paul les Dax. L'entreprise perdurera jusqu'en 1993.

H & R Marmajou

vue aérienne de l'usine avant extension de 1985

La maison mère continue ses activités au quartier du Gond jusqu'en 1966. La ville grandissant sans cesse, l'usine qui se trouvait à la campagne est maintenant en pleine ville.

Henri et Robert étant décédés, leurs veuves installent une nouvelle usine en limite de Dax avec leurs enfants.

En 1978, la société de fait est transformée en SARL et devient H&R Marmajou (Henri et Robert). Les enfants prennent la relèvent à la tête de la société, Frédéric, Bernard, Pierre et Pierrette.

En 1993, Pierre et Pierrette prennent leur retraite et cèdent leur part à Bernard et aux enfants de Frédéric : Frédérique et Jacques.

La société aujourd'hui

vue aérienne de l'usine en 2004

La quatrième génération est aux commandes : Frédérique Favorin et Laurent Marmajou arrières petits-enfants du fondateur.